Avec Clint Eastwood (Red Stovall), Kyle Eastwood (Whit), John McIntire (le grand-père), Alexa Kenin (Marlene), Verna Bloom (Emmy), Matt Clark (Virgil), Barry Corbin (Arnspringer), Jerry Hardin (Smuffy)

animation_honkey

Synopsis

Red Stovall, guitariste alcoolique, s’engage sur la route de Nashville pour participer à une audition du Grand Ole Opry. Pour le chaperonner, un grand-père nostalgique et deux adolescents voulant échapper à la dépression des années 30.

musique6On r'fait le film

Accomplir ses rêves à tout prix pour offrir un sens sa vie, voilà l’idée que nous propose Clint Eastwood dans cette entreprise.  Rarement le cinéaste aura été aussi clair sur ses intentions. 

Clint Eastwood est encore un jeune cinéaste à l’époque et il oscille entre la réalisation de films commerciaux et d’autres plus intimistes.  Le film qui précède celui-ci est « Firefox, l’arme absolue », qui est à visée clairement commerciale.  Juste avant, « Bronco Billy », beaucoup plus personnel.  Une façon d’osciller « entre deux voies », lui permettant avec les succès récoltés lors de ses films commerciaux, de trouver par ailleurs une vraie liberté artistique.

« Honkytonk man » est un film de recherche.  Eastwood s’inscrit d’ailleurs dans le genre « road movie », qui constitue la parfaite illustration d’une quête de lucidité et de bien-être intérieure.  On le verra par la suite, dans les futures réalisations du cinéaste, qu’il adore parsemer sa structure narrative de points d’interrogation.  Les idées toutes faites, les conclusions hâtives, le manichéisme, ne font pas partie de son répertoire.  Et ce qui caractérise bien l’œuvre du cinéaste, c’est la finesse et les nuances de son propos.

L’action du récit se déroule pendant la dépression des années 30, soit pendant les premières années de vie du réalisateur.  Eastwood observe son début de vie par le biais du rétroviseur cinéma.  Une très lourde période à assumer pour un enfant qui découvre le monde.  Alors quoi7566571 de plus fort que le rêve pour s’échapper du misérabilisme ambiant. « Honkytonk man » est à l’évidence un point de vue autobiographique du réalisateur, soit l’une de ses œuvres les plus importantes qui offre beaucoup d’éléments de compréhension sur les motivations fondamentales du cinéaste : le rêve pour s’échapper, pour exister.  Le personnage central Red Stovall ressemble comme deux gouttes d’eau à Clint Eastwood, quant au but à atteindre dans la vie.  Le fait également qu’il offre le second rôle à son propre fils indique également qu’il s’agit d’une œuvre très investie, très personnelle.  Comme un cadeau d’un père à son fils pour lui transmettre quelques valeurs fondamentales.

C’est par la musique que le jeune Clint Eastwood parvient à s’évader du marasme quotidien.  Et c’est à cette amie artistique que le réalisateur va rendre un vibrant hommage en rejouant les airs du blues et de country par l’intermédiaire de son double imaginaire, Red Stovall.

Autre caractéristique très importante dans ce film, c’est la notion de lutte contre le temps et contre le vieillissement, qui va transparaître dans toute l’œuvre du cinéaste.

Un film d’une importance capitale pour comprendre le cinéaste Clint Eastwood.  « Honkytonk man » est à Eastwood ce que « E.T. » est à Spielberg, les « 400 coups » à Truffaut, « Citizen Kane » à Welles.