Avec Robert Redford (Owen Legate), Natalie Wood (Alva Starr), Charles Bronson (JJ Nichols), Alan Baxter (Knopke), Kate Reid (Hazel Starr), Mary Bradham (Willie Starr), Robert Blake (Sidney), John Harding (Jhonson)

Synopsispropri_t_

Les Années 30. Owen Legate (Robert Redford) arrive dans une petite ville du Sud. Son objectif : procéder au licenciement d'une partie du personnel d'un chemin de fer. Mais il découvre l'amour auprès d'une jeune fille séduisante et mystérieuse...

sidney_pollackOn r'fait le film

Derrière ce film, il y a deux génies : Tennessee Williams et Francis Coppola qui écrit l'adaptation cinématographique. Le mélange est explosif et nourrit abondamment cette première mise en scène de Sidney Pollack. Avec le recul, on peut tout de même se demander de ce qu'il en aurait été du résultat final si Coppola avait lui-même réalisé le film. Non pas que la mise en scène de Pollack soit mauvaise, mais elle se situe dans un classicisme de l'époque qui manque un peu d'audace et qui vieillit avec le temps. Cette merveilleuse histoire d'amour sur fond de grande crise écrite par Tennessee Willliams, réussit à elle seule à captiver. L'écriture des personnages est sublime, comme toujours chez cet auteur de génie. Qui mieux que lui a écrit des personnages féminins aussi intenses ? Même si on atteint pas la puissance d'une Blanche Dubois dans « Un tramway nommé désir », le personnage interprété par Nathalie Wood se profile dans une même veine... en quête de désir impossible. Le couple Wood/Redford n'atteint pas l'intensité de Leigh/Brando mais réussit tout de même une très belle performance. Pour la petite histoire, Nathalie Wood ayant tellement de difficultés à interpréter le personnage, se saoula pour arriver à être crédible et fit même une tentative de suicide ! Il faut du très haut de gamme pour interpréter les femmes de Williams ! J'espère de « Propriété interdite » une autre adaptation cinématographique, avec une Nicole Kidman ou une Kate Winslet, pourquoi pas. En attendant ce bonheur suprême, le film de Pollack réussira quand même à me faire patienter sans trop d'impatience...