Synopsisanimation_heroic

Ken, policier appartenant à la G4, enquête sur un officier de police qui a dérobé des dossiers sur certains de ses confrères avant de mettre le feu aux locaux. Ce dernier affirme avoir agi en état d’hypnose. Convaincu que l’officier dit la vérité, Ken décide alors de faire appel à Jack, un psychologue/hypnotiseur de renom incarcéré depuis plusieurs années pour le meurtre d’un collègue. Jack est rapidement convaincu que le vrai coupable n’est autre que le « Cerveau », un puissant hypnotiseur et redoutable criminel qu’il avait contribué à faire arrêter plusieurs années auparavant, et dont il est le seul à pouvoir reconnaître le visage. Avec la collaboration de Jack, Ken se lance à la poursuite du « Cerveau », sans se douter qu’il est le jouet d’une effroyable machination...

chan_bennyOn r’fait le film

Même dans ses productions les moins innovantes, l’Asie parvient à se démarquer en qualité du reste du monde.  « Heroic duo » en est un exemple type, car faute de réelle créativité artistique, le film n’en possède pas moins cette obsession de vouloir bien faire, alors même que l’option première se veut « commerciale ».  Comme l’indique l’excellent Jean-Pierre Dionnet en introduction au film, le cinéma de divertissement made in Hong-Kong rime quasi en permanence avec qualité.  Ce souci de bien faire règne en maître dans l’esprit de tous les créateurs, du réalisateur au compositeur, chacun étant profondément préoccupé par cette envie de faire partie du label « Hongkongais ».  Ce qui apparaît également quand on écoute chacun des intervenants sur les bonus du dvd, c’est la comparaison qui est faite en permanence entre leur qualité technique et celle offerte depuis longtemps par Hollywood.  Il règne comme une atmosphère de complexe d’infériorité dans l’esprit des créateurs asiatiques, cherchant en permanence à faire jeu égal avec Hollywood, voire à en découdre.  Et bien sûr, au-delà des paroles et de l’intention, tout ça va transparaître pour de vrai dans le film.

Après, on peut s’amuser à faire des comparaisons entre cette multitude de produits de qualité asiatiques et de constater que Benny Chan possède moins de talent que Johnnie To, de préférer par exemple « Breaking news » à cet « Heroic duo » moins imaginatif et moins audacieux.  blit1389

Pour entrer plus précisément dans le caractère d’Heroic duo », on constate immédiatement une très belle énergie dans le montage qui accompagne une mise en scène de qualité.  Les séquences se suivent dans une volonté de ne pas s’offrir entièrement, de laisser la part belle au suspense et l’imagination.  On reçoit les éléments goutte à goutte, sans comprendre totalement ce que l’on regarde.   Mais c’est construit de manière telle qu’on a envie de se laisser faire et de jouer le jeu de cette légère incompréhension.   Le film s’appuie sur un scénario solide, assez original,  se faufilant entre polar et fantastique, s’amusant à jouer du contre-pied narratif en permanence.  A cet égard, on pourra un peu regretter la construction du « méchant à l’occidental » incarné par le comédien Ng, venant légèrement polluer l’ensemble narratif. 

Certaines images sont très fortes, comme par exemple dans la séquence où on utilise une échelle pour passer entre deux bâtiments afin de procurer une sensation forte de vertige.  Je suis sûr que Hitchcock himself aurait adoré cette séquence et aurait eu l’envie de l’introduire immédiatement dans son sublime « Vertigo ».  Les comédiens sont excellents, très bien dirigés. 

« Heroic duo » ne possède aucune originalité.  Il n’invente strictement rien du tout, se laissant même aller à quelques facilités ou faiblesses ci et là.  Il se contente de faire partie du label Hongkongais, dans ce qui apparaît à la fois comme peu et très ambitieux à la fois.