Avec : Samuel L. Jackson, Kevin Spacey, David Morse, Ron Rifkin, John Spencer, J.T. Walsh, Siobhan Fallon, Paul Giamatti, Regina Taylor, Bruce Beatty, Michael Cudlitz, ...

Synopsisanimation_n_gociateur1

Flic aguerri et téméraire, Danny Roman est l'un des meilleurs négociateurs de la police de Chicago, spécialiste des pourparlers avec les preneurs d'otages. Mais son image de héros en prend un coup quand il est injustement accusé du meurtre de son partenaire, Nate Roenick, qui enquêtait sur la présence de ripoux au sein de la brigade. Conscient d'être un bouc émissaire, Danny en est réduit, pour se faire entendre, à prendre en otages le commandant Frost, le chef de la police des polices, Niebaum, sa secrétaire et un indic au vingtième étage d'un immeuble fédéral. Ne sachant à qui se fier, il choisit comme interlocuteur un autre as de la négociation, Chris Sabian, qu'il ne connaît que de réputation...

013On refait le film !

Du cinéma pur divertissement qui joue dans le genre thriller.  Bien sûr, la trame est loin d’être originale avec ce flic qui se fait accusé à tort.  Mais le scénario ne privilégie pas le côté suspense.  Il travaille plutôt sur un combat psychologique entre les personnages en tournant intelligemment autour du thème de la négociation.  Du côté mise en scène également, l’action est plutôt mise de côté au profit de cette tension psychologique.  Comme le script travaille sur une multitude de personnages, tous rapidement et bien esquissés, on assiste à un chassé croisé très riche de tension.  La distribution, jusque dans les plus petits rôles, est très réussie également.  Alors évidemment, de bons comédiens combinés à de bons personnages, le tout mixé dans un scénario et une mise en scène plus qu’honorables, ça fait mouche.  Certaines scènes sont tout à fait jouissives comme le bras de fer entre le négociateur averti et le pauvre amateur qui doit jouer ce jeu dangereux dans l’urgence avec énormément de sueurs froides.  « Si tu dis encore une fois « non », je tue un otage ! », qui fait penser bien sûr penser à une autre séquence d’anthologie avec Samuel Jackson dans « Pulp fiction » de Tarantino.  On le voit, le scénario n’a pas oublié de faire de l’humour, non plus.  Dans le genre dans lequel le film s’inscrit, à savoir le thriller psychologique de divertissement, on peut le situer dans ce qui s’est fait de mieux dans le cinéma.  Le genre de films que l’on se refait une fois tous les deux ou trois ans, pour bien se détendre, avec un plaisir toujours intact.